[Week 2] Mon installation à Tokyo

15 Octobre 2018 : Les vacances sont terminées, je rencontre aujourd’hui mon hôte a.k.a. futur boss a.k.a futur bourreau pour les deux mois à venir puisque je vais bosser dans une auberge en contrepartie d’un hébergement gratuit. S’étant donnés rendez-vous à 11h, je pars tôt d’Asakusa (à l’est de Tokyo) pour arriver à l’heure à Nakano (à l’ouest). En arrivant, une série de « surprises » m’attend. Tout d’abord, la personne qui m’avait interviewée à l’époque a démissionné de son poste. Dommage, elle avait l’air très sympathique la petite dame japonaise avec qui je voulais apprendre le japonais. En échange, j’ai droit à un jeune Gaijin qui avait l’air surpris de me voir arriver…

J’apprends également que je ne logerai finalement pas dans l’auberge même, mais dans une sharehouse située à 15 minutes de là. Le propriétaire possède en fait une maison où chaque étage constitue un appartement séparé et c’est là qu’il loge tous ses volontaires mais également certains « clients » qui paient pour y habiter, souvent des étudiants ou des gens en Working holiday comme moi, mais qui ne veulent pas bosser à l’auberge. Je suis assignée à l’étage du haut où je partage les quelques 45 m² (grand max) avec 4 autres filles, 2 allemandes, 1 polonaise et 1 mexicaine. L’étage du bas est mixte et ne serait pas très bien entretenu. L’accueil des filles est chaleureux, elles ont plutôt l’air sympa mais j’appréhende tout de même : je m’entends en général mieux avec les garçons. Affaire à suivre…

16 Octobre 2018 : Je m’installe doucement dans l’appart, fais des courses pour améliorer mon espace de rangement et pour me faire à manger. Une coloc m’accompagne faire le tour du quartier mais je suis toujours autant aussi perdue. Je ne connaissais pas du tout les quartiers résidentiels de Tokyo et je suis finalement super contente de pouvoir y vivre. C’est très calme, on ne voit presque jamais pas les voisins. Il faut que je pense à prendre plus de photos ou de vidéos mais c’est pas évident d’y penser quand on a toujours besoin de Google Maps 😀

Le soir, comme tous les mardis, un community event est organisé à l’auberge. Tous les volontaires y sont conviés pour passer un moment ensemble. Et apparemment, depuis plus de 7-8 ans, il y a des habitués du voisinage qui s’y rendent pour rencontrer des étrangers et perfectionner leur anglais. L’ambiance est sympa mais pas fouu-fouu. J’y reste histoire de faire ma sociable, de rencontrer tout le monde, de me présenter, échanger quelques mots avec chacun d’entre eux et surtout pour manger… Je ne traine pas trop, Cendrillon doit rentrer à 22h, avant que son carrosse ne se transforme en citrouille…#lavieilleinsociable

17 Octobre 2018 : Ultra motivée, je me rends à Hello Work qui est l’équivalent du Pole Emploi français, leur branche à Shinjuku offrant une assistance aux étrangers. Mon intention n’est pas de trouver un boulot immédiatement pour diverses raisons : je souhaite avant tout profiter de cette année de PVT pour voyager à travers le pays. Je ne peux pas m’engager du tout pour le moment de toute façon puisqu’il est déjà prévu que je voyage 3 semaines en Décembre avec ma soeur. Je recherche actuellement un simple Baito, un temps partiel histoire de renflouer un peu les caisses. Le monsieur qui s’occupait de moi était très décourageant. Il n’a pas arrêté de répéter qu’il était difficile de me trouver quoi que ce soit, ne parlant pas le japonais. Même en n’étant pas très regardante sur la nature du boulot, il n’a rien su me proposer… Il a même fini l’entretien avec un « Travaillez votre japonais, et revenez me voir quand vous pourrez tenir une conversation, juste une conversation basique suffira ! ». Et ben oui, je suis tellement surdouée, que je repasserai certainement dans 2 semaines…

18 Octobre 2018 : Déprimée la veille à cause de Monsieur ANPE, je me réveille quand même avec le moral et la motivation regonflés à bloc. Je ne me laisserai pas décourager si facilement ! Pas après une semaine passée au Japon. Je vois qu’il y a des cours offerts à des tarifs très intéressants à 10 minutes de chez moi. La dame m’explique avec un air hautain qu’il y a de l’attente puisqu’il y a beaucoup plus de demande qu’il y a de places disponibles… Une de mes colocs me confirme qu’elle a eu à attendre 3 mois avant d’avoir une place, pour des cours moyens au final. Génial… Dans 3 mois, je serai certainement à Osaka… Dépitée, je rentre chez moi bredouille en me disant que tout va être compliqué ici…

19 Octobre 2018 : Premier jour de travail à l’auberge. Avec de l’expérience dans l’hôtellerie de luxe, il n’a pas été très difficile pour moi de prendre mes marques et de « maîtriser » le travail demandé. Mais moralement, ça a été plus difficile… Puisque les questions existentielles ont commencé à fuser dans ma tête… (Qu’est-ce que je fous là ? Est-ce que ça en vaut vraiment le coup ? Tu passes de 520 chambres luxes à 30 chambres en dortoir, t’es sur de ce que tu fais ?) Et c’est ainsi que j’ai passé mes 8 heures de taff.

Après mon shift, je vais « manger un bout » avec 2 autres volontaires (a.k.a. esclaves), on décide d’aller manger un Ramen à tomber par terre pour 910 yens (= 7 €) et là je me dis que finalement c’est quand même de la bombe d’être au Japon .. #lafillequinepensequàmanger

20 Octobre 2018 : Puisque la précédente tentative d’apprentissage de la langue a été un échec… je retente ma chance dans un centre qui propose des cours gratuits, cette fois-ci, mais qui se trouve à Shinjuku, soit à 25 minutes de chez moi. Arrivée sur place, je me rends compte que mon interlocuteur, avec qui j’avais conversé via email, a oublié de me préciser que ce cours était du niveau intermédiaire… Super… surtout quand on doit se lever de son siège et se présenter en Japonais devant tout le monde. Evidemment, à part dire « Je m’appelle Mandy, je suis française », je n’ai rien su dire d’autre, et je n’ai pas non plus compris ce que les autres ont dit… 2 heures dans un cours où je ne comprenais pas grand chose, heureusement que ma voisine, une étudiante taïwanaise très kawaii était là pour faire traductrice. D’ailleurs à la fin du cours, elle me propose d’aller déjeuner ensemble. Le Senpai m’invite à revenir quand même, ce que je compte faire au maximum car pour le moment, c’est le seul endroit où je peux être complètement immergée dans du Japonais. Et puis un petit coup de fouet sur son ego peut toujours faire progresser plus vite. #étudiantemasochiste

Je me renseigne quand même à la réception pour des cours niveau DE-BU-TANT et on me propose de revenir lundi soir. Comme si Dieu voulait me rendre la vie difficile, mon boss m’envoie quelques heures plus tard mon emploi du temps modifié, où il m’a ajouté quelques heures lundi matin. Tant pis, ça fera une longue journée, mais j’irai quand même à ce cours. Après le déjeuner, je me balade au Koreantown qui se trouve à mi-chemin entre Shinjuku et chez moi. Ce n’est pas énorme comme quartier, mais suffisant pour me transporter à Séoul, le temps de la balade.

21 Octobre 2018 : Deuxième journée de taff à l’auberge avec 2 autres filles cette fois-ci. Plus indépendante, je suis en charge de la réception le matin. Cela me fait un bien fou. J’avais oublié combien le métier d’hôtelier me manquait. Cela m’a rappelé à quel point j’aime le contact avec les clients, avec les voyageurs du monde entier. Ces dernières années, en ayant gravi quelques échelons, j’ai passé plus de temps derrière mon bureau que sur le terrain, géré plus souvent mes subordonnés et mes supérieurs que les clients et j’en avais oublié pourquoi j’avais choisi ce métier. En discutant avec les filles, je me suis aussi rappelée que je n’étais pas la seule à avoir tout lâché derrière moi pour venir un an de folie, bien au contraire.

En fait, cette semaine, bien qu’il y ait eu quelques bas au niveau du moral, je me sens pousser des ailes. J’ai l’impression d’avoir à nouveau 20 ans, où tout était possible, où je croquais la vie à pleines dents et où je savais me donner les moyens de réaliser ce que je voulais. La routine métro-boulot-dodo a fait de moi une sorte de robot qui avait perdu le contrôle de sa vie.

Demain je tente un autre cours de Japonais après ma journée de travail. Je vous tiendrai au courant ! J’espère qu’il ne s’agira pas d’un autre FAIL….

 

La vidéo récap’ de ma deuxième semaine au Japon :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s